Paris Café Costes

Par julie
costes-une


Tendance, ultra-rentables, prisés des business men et mannequins branchés de la capitale ou d’ailleurs, les « Paris cafe Costes » fleurissent partout de la Cour du musée du Louvre (Le Café Marly) aux Invalides (l’Esplanade) en passant par Trocadéro (Le Coq) et la place de l’Etoile (La Grande Armée). Quels sont les secrets de ces endroits hors norme et les recettes de la réussite des frères Costes ? Guide-Restaurant a mené l’enquête.

restaurant groupe paris

Le style de cuisine « Paris Café Costes » :

C’est ce qui nous intéresse le plus en tant que critiques gastronomiques bien que ce ne soit qu’un des éléments du dispositif Costes. Les cartes des Paris Cafés Costes se ressemblent et dénotent d’une remarquable ouverture d’esprit : qui, avant eux, auraient osé proposer à la fois dans un même lieu de copieux foie gras, des salades de haricots verts ultra light, des cheeseburger et un dos de bar tombée d’épinards ? Quel chef aurait relevé le défi imposé par un patron préjugé fou de servir des salades de fruits exotiques « 4 étoiles luxe », des steacks tartare poêlés aller/retour, du foie de veau au bacon grillé ou un millefeuille de fraises gariguettes « suffisant pour deux » ?

Voilà la touche Costes : il y a en a pour tous les goûts et toutes les envies gourmandes : partout les penne sauce tomate d’Italie côtoient les crevettes sautées poivre et sel des chinois, partout le filet de bœuf roquefort ou poivre est escorté du cabillaud, partout le saumon est fumé ou poché avec des légumes à l’eau, partout le foie gras, le cheeseburger, la sole meunière, l’entrecôte d’Argentine d’au moins 300 grammes, la purée maison, les frites pas si mauvaises, la Caesar salade, les pousses de roquette copeaux de parmesan, le thon rouge snacké, le pot de caviar… Quelle révolution que cette sélection là ! Grand-mère gourmande peut accompagner son petit fils qui rêve de fast food pendant que maman mannequin surveille sa ligne et que papa boit du Rauzan Ségla, on a rarement fait plus consensuel.

Dans un restaurant entrecôte Paris, les assiettes sont généralement assez copieuses, assez bonnes, sans plus ni moins, jamais fou de joie, jamais déçu. Le carré d’agneau arrive saignant quand on le demande saignant, le foie de veau est grillé comme on le cuisinerait pressé, nous-mêmes, à la maison, le beurre sur table est d’Echiré, le pain toujours frais et bon. Pas grand-chose à reprocher donc à cette cuisine ni à lui envier, c’est une cuisine de famille, celle qu’on exécute sur le pouce le samedi midi, en rentrant du marché, quand les enfants ont faim, on poêle la sole ou l’entrecôte, on mouline la purée, on pose un brin de persil, on ouvre un petit coup de rouge… Et voilà, on s’installe et on profite de saveurs simples, efficaces.

Lire le critique du Paris Café Costes La Grande Armée, le Murat, Le Café Marly, Le Georges, Le Coq et les restaurants de l’Hôtel Costes ou du Costes K.

 

Le design des « Paris Cafe Costes »

Il faut reconnaître une chose, c’est que les frères Costes ont bien dépoussiéré les zincs d’antan. Les troquets aux odeurs fortes de cigarettes se sont transformés sous leurs doigts en lieux élégants, modernes, aérés et luxueux. Ce fut d’abord le « Café Costes » en 1984, place des Innocents, « un bâti philosophique, une remise aux normes des cafés parisiens » dira Jean-Louis Costes, qui s’en séparera 10 ans plus tard. Toujours est-il que ce qui fit le succès du premier Café Costes, ce fut sûrement le design, alors confié à Philippe Starck ! Sacré coup de poker pour un succès immédiat et légendaire. La suite, on la connaît avec l’acquisition de plusieurs lieux courus et toujours un recours à des designers ou architectes ultra connus et tendance : Christian de Portzamparc donnera naissance au Café Beaubourg, Olivier Gagnère au classique et classieux Café Marly, Dominique Jakob et Brendan McFarlane au Georges et son décor futuriste, Pierre Huyghe et Philippe Parreno à l’Etienne Marcel résolument contemporain, Jacques Garcia à l’Hôtel Costes Vendôme, à la Grande Armée ou au Murat, Ricardo Bofill à l’Hôtel Costes K des styles extrêmement variés donc qui forment une collection d’un éclectisme passionnant et qui s’adaptent remarquablement à leur environnement : il aurait été de mauvais goût de ressortir les généraux napoléoniens dans la cour du musée du Louvre autant qu’il était évident de concevoir du moderne sur les toits de Beaubourg. Et l’on se doit d’applaudir le choix de faire appel à des artistes différents avec une ouverture d’esprit qui va du plus classique au meilleur contemporain : chapeau les Costes pour cette palette de cultures !

La localisation des « Paris Café Costes » :

La recette des frères Costes tient évidemment aussi à ce détail : l’endroit.

Toit du musée Georges Pompidou pour le Georges, cour du musée du Louvres pour le Café Marly, vue sur les Invalides pour l’Esplanade, sur l’Etoile pour la Grande Armée, a proximité des grandes brasseries de la porte d’Auteuil pour le Murat, place du Trocadéro pour le Coq, avenue Kléber pour l’hôtel Costes K, rue du Faubourg Saint Honoré à deux pas de la place Vendôme pour l’Hôtel Costes, en plein cœur du quartier piéton des Halles Montorgueil pour l’Etienne Marcel. Le lieu est toujours bien choisi et c’est la moindre des choses quand on ambitionne de faire venir des gens chez soi que de se trouver en évidence sur leur chemin : des emplacements clés pour un maillage stratégique.

Liste des « Paris Café Costes »

Voilà la dernière chose qui nous restait à faire, lister ce que nous avons trouvé, 45 « Paris café Costes » environ détenus par les deux frères ou dans lesquels, peut-on lire partout, au moins l’un des frères est associé :

  • O’Resto
  • La Grande Armée
  • Le Murat
  • Le Brassac
  • Le Costes K
  • La Plage
  • Le Coq
  • Le Paris
  • Le Madrigal
  • Ginger
  • Le Rival
  • La Villa Barclay II
  • L’Avenue
  • Le Village
  • L’Esplanade
  • Le Tourville
  • Le Café du Marché
  • Le Café Marly
  • Le Bilboquet
  • Le Vieux Colombier
  • Le Café Beaubourg
  • L’Etienne Marcel
  • Le bioboa
  • Sanseveria
  • Le Café Ruc
  • MK2 Café
  • Café de la musique
  • Café Baci
  • Les Caves Saint Gilles
  • Le Petit Marché
  • Plein Soleil
  • Le Trésor
  • Chez Janou
  • L’Iguana Café
  • Le Sanz Sans
  • L’Hôtel Bourg Tibourg
restaurant groupe paris

L’enquête sur les « Paris Café Costes »

L’« enquête » sur les « Frères Costes » commence par un appel à l’hôtel Costes où l’on demande le dossier de presse du groupe. On aimerait bien avoir l’histoire, comprendre les chiffres, consulter la liste complète des établissements Costes. La standardiste est perdue et 10 minutes d’attente plus tard, on nous annonce que la future responsable des relations presse est en voie de recrutement mais que personne ne peut nous répondre. Il est vrai que nous ne sommes ni l’Express, ni le Nouvel Obs. Et il est impossible d’obtenir un rendez-vous ou une interview pour l’instant. Le « Frères Costes » est discret, il vit caché !

La solution, dans ces cas là, c’est internet. On tape «  Frères Costes » dans Google : miracle, Google nous sort un superbe article de l’Express qui nous donne une première version de l’histoire. Elle me paraît un peu édulcorée mais c’est un premier pas. Deux blogs sans intérêt plus loin, un article de 20 minutes nous interpelle sur le rachat potentiel par les Costes de Goldenberg, une nouvelle piste. Et puis la magie anarchique de Google prend le relais : on trouve à la fois des polémiques tendance gauchistes anti-VIP et people demandant de boycotter les restaurants des frères Costes, des propos xénophobes, nos vénérables critiques du Costes K et de l’Hôtel Costes Saint Honoré et un joyeux fouillis de citations qui contiennent le mot Costes !

Que dit donc Wikipedia des frères Costes ?

« Vous avez recherché « frères Costes », zéro résultat » !!!

On nous propose quand même un lien vers la fiche « hotel Costes » de l’encyclopédie dans laquelle quelques établissements sont listés.

Par curiosité je vais (sans espoir) sur societe.com et tape « hotel Costes » 75, zéro résultat encore ! Ils vivent tellement cachés qu’on finirait pas croire qu’ils sont heureux, les Frères Costes. Par acquis de conscience, je fais la même recherche avec « Jean Louis Costes », je vous passe des résultats, cela n’a rien à voir avec nos cafetiers tendance et ne mérite pas qu’on s’y attarde.mais de grâce, frères Costes, mettez vous à l’ère d’Internet, on vous cherche et on ne vous trouve pas, êtes vous mythe ou réalité, utilisez le virtuel pour devenir réels !

Faute de matière, je me mets donc à réfléchir à ce fameux thème des « Paris Café Costes » avant de revenir aux bonnes vieilles recherches papier Figaroscope, Nouvel Obs, Petit Futé, Le Point, Guide Michelin, tout y passe, le résultat est ci-dessus, bonne lecture sur les « Paris Café Costes » !

Restaurant à deux pas des restaurants Costes :

Toi

restaurant Toi

Le TOI est un restaurant branché dans la mouvance des restaurants Costes. Service glamour, emplacement de rêve – à deux pas des Champs-Elysées – et décor tendance, les atouts du restaurant TOI sont incontestables. Moins cher et tout aussi tendance que les Costes, le TOI est le nouveau restaurant de la jeunesse parisienne !

 

La localisation des « Paris Café Costes » :

La recette des frères Costes tient évidemment aussi à ce détail : l’endroit.

Toit du musée Georges Pompidou pour le Georges, cour du musée du Louvres pour le Café Marly, vue sur les Invalides pour l’Esplanade, sur l’Etoile pour la Grande Armée, a proximité des grandes brasseries de la porte d’Auteuil pour le Murat, place du Trocadéro pour le Coq, avenue Kléber pour l’hôtel Costes K, rue du Faubourg Saint Honoré à deux pas de la place Vendôme pour l’Hôtel Costes, en plein cœur du quartier piéton des Halles Montorgueil pour l’Etienne Marcel. Le lieu est toujours bien choisi et c’est la moindre des choses quand on ambitionne de faire venir des gens chez soi que de se trouver en évidence sur leur chemin : des emplacements clés pour un maillage stratégique.

Liste des « Paris Café Costes »

Voilà la dernière chose qui nous restait à faire, lister ce que nous avons trouvé, 45 « Paris café Costes » environ détenus par les deux frères ou dans lesquels, peut-on lire partout, au moins l’un des frères est associé :

  • O’Resto
  • La Grande Armée
  • Le Murat
  • Le Brassac
  • Le Costes K
  • La Plage
  • Le Coq
  • Le Paris
  • Le Madrigal
  • Ginger
  • Le Rival
  • La Villa Barclay II
  • L’Avenue
  • Le Village
  • L’Esplanade
  • Le Tourville
  • Le Café du Marché
  • Le Café Marly
  • Le Bilboquet
  • Le Vieux Colombier
  • Le Café Beaubourg
  • L’Etienne Marcel
  • Le bioboa
  • Sanseveria
  • Le Café Ruc
  • MK2 Café
  • Café de la musique
  • Café Baci
  • Les Caves Saint Gilles
  • Le Petit Marché
  • Plein Soleil
  • Le Trésor
  • Chez Janou
  • L’Iguana Café
  • Le Sanz Sans
  • L’Hôtel Bourg Tibourg

L’enquête sur les « Paris Café Costes »

L’« enquête » sur les « Frères Costes » commence par un appel à l’hôtel Costes où l’on demande le dossier de presse du groupe. On aimerait bien avoir l’histoire, comprendre les chiffres, consulter la liste complète des établissements Costes. La standardiste est perdue et 10 minutes d’attente plus tard, on nous annonce que la future responsable des relations presse est en voie de recrutement mais que personne ne peut nous répondre. Il est vrai que nous ne sommes ni l’Express, ni le Nouvel Obs. Et il est impossible d’obtenir un rendez-vous ou une interview pour l’instant. Le « Frères Costes » est discret, il vit caché !

La solution, dans ces cas là, c’est internet. On tape «  Frères Costes » dans Google : miracle, Google nous sort un superbe article de l’Express qui nous donne une première version de l’histoire. Elle me paraît un peu édulcorée mais c’est un premier pas. Deux blogs sans intérêt plus loin, un article de 20 minutes nous interpelle sur le rachat potentiel par les Costes de Goldenberg, une nouvelle piste. Et puis la magie anarchique de Google prend le relais : on trouve à la fois des polémiques tendance gauchistes anti-VIP et people demandant de boycotter les restaurants des frères Costes, des propos xénophobes, nos vénérables critiques du Costes K et de l’Hôtel Costes Saint Honoré et un joyeux fouillis de citations qui contiennent le mot Costes !

Que dit donc Wikipedia des frères Costes ?

« Vous avez recherché « frères Costes », zéro résultat » !!!

On nous propose quand même un lien vers la fiche « hotel Costes » de l’encyclopédie dans laquelle quelques établissements sont listés.

Par curiosité je vais (sans espoir) sur societe.com et tape « hotel Costes » 75, zéro résultat encore ! Ils vivent tellement cachés qu’on finirait pas croire qu’ils sont heureux, les Frères Costes. Par acquis de conscience, je fais la même recherche avec « Jean Louis Costes », je vous passe des résultats, cela n’a rien à voir avec nos cafetiers tendance et ne mérite pas qu’on s’y attarde.mais de grâce, frères Costes, mettez vous à l’ère d’Internet, on vous cherche et on ne vous trouve pas, êtes vous mythe ou réalité, utilisez le virtuel pour devenir réels !

Faute de matière, je me mets donc à réfléchir à ce fameux thème des « Paris Café Costes » avant de revenir aux bonnes vieilles recherches papier Figaroscope, Nouvel Obs, Petit Futé, Le Point, Guide Michelin, tout y passe, le résultat est ci-dessus, bonne lecture sur les « Paris Café Costes » !

restaurant groupe paris

Ces articles devraient vous intéresser

  • costes paris-une The « Paris Café Costes »

    Tendance, ultra-rentables, prisés des business men et mannequins branchés de la capitale ou d’ailleurs, les « Paris cafe Costes » fleurissent partout .

  • hotel-costes-02 Hôtel Costes

    Le restaurant de l’hôtel Costes est le fer de lance des Frères Costeset fidèle à leur philosophie : proposer un large choix d’entrées [...]

  • costes-01 Le Costes K

      Guide Restaurant note ce restaurant : bon restaurant tendance et infiniment design dans le seizième.   Fief et bastion des Frères Costes, l’Hôtel Costes [...]

  • cafe-marly-8_large Le Café Marly

    Guide Restaurant note ce restaurant : bon restaurant tendance dans la cour du musée du Louvre près du Palais Royal. Dans la cour du musée [...]

  • cafe-de-la-paix-paris FOCUS de guide restaurant Paris : Le renouveau du Café de la Paix à Opéra

    Arrivé depuis quelques mois à la tête des cuisines du Café de la Paix pour y apporter un nouveau souffle, [...]

  • restaurant-le-cafe-homme-0 Le Café de l’Homme

    Guide Restaurant note ce restaurant : bon restaurant tendance Trocadéro Le restaurant Le Café de l’Homme au Trocadéro dispose d’une des plus belles terrasses [...]

Voir tous les articles

Nouveaux restaurants

  • capitaine-fracasse-01Le Capitaine Fracasse

    Le Capitaine Fracasse, le meilleur rapport qualité / prix pour un dîner envoutant sur la Seine

  • restaurant-vraymonde-buddha-bar-hotel-13La Terrasse du Vraymonde

    Notre critique de la terrasse du Vraymonde, restaurant du Buddha Bar Hotel, par une belle nuit d’été….

  • restaurant-le-standard-01Le Standard

    Le Standard est un nouveau restaurant qui surprend par son volume et sa décoration très luxueuse. Situé au niveau du [...]

  • pdg-restaurant-photos-04PDG Rive Gauche

    Le PDG rive gauche mérite-t-il d’être défini comme l’institution de la gastronomie américaine ? On découvre le PDG rive gauche, [...]

  • bBs01o9Cdx4b-2-1YkSnjnr_cEKR9Ad6BOSmcH9AjDQLe Blue Elephant : Un vrai thailandais à Paris ?

    Un menu Royal au Blue Elephant. Enfin, presque…

  • IMG_1085-1024x768Le Chateaubriand : faut-il y aller ?

    Le Chateaubriand, célèbre restaurant branché du 11e arrondissement, mérite-t-il sa place dans le top 10 des meilleures tables au monde ?

Voir tous les restaurants
Sitemap - Mentions Légales Dégustez un buffet froid Flunch Traiteur ! Avec vos amis ou votre famille !